Pascale Fournier puise avec bonheur aux origines de la culture occidentale : celte, romane, gréco-romaine, egyptienne, etrusque, précolombienne.

Ses sources d’inspiration se multiplient, au cours de ses voyages et de ses rencontres, donnant vie à des oeuvres séduisantes issues d’un synchrétisme inspiré et poétique. La céramique, le tissu, le tissage, le bois. L’artiste introduit depuis 2017 le tissu, le tissage dans son travail de sculpteur. Comme la ceramique, le tissage est la plus ancienne trace de l’homme, sa première oeuvre. Le tissu est le propre de l'homme. De la naissance à la mort. Porteur de sens, il réunit et sépare. Chaque culture à son tissage. Le Kintsugi que l'on retrouve dans ses oeuvres récentes, est l’art de relier ce qui est cassé, de réparer, de réunir, en donnant une valeur supplémentaire.